Devenir Sapeur-Pompier Militaire

101 votes : 4.2
Allier la rigueur et l’esprit d’équipe d’un soldat de l’Armée de Terre ou de la Marine Nationale, à une vocation de pompier pour servir et sauver des vies vous tente ? Le métier de Sapeur-Pompier Militaire est certainement fait pour vous.
 

Comment devenir Sapeur-Pompier Militaire (SPM) ?


Pour devenir Sapeur-Pompier Militaire, il faut avoir la vocation pour le métier de pompier mais aussi suffisamment de courage, de rigueur, de dévouement et de disponibilité pour intégrer les rangs de l’Armée de Terre (ou de la Marine Nationale pour les Marins-Pompiers).

Vous devrez d’abord choisir dans quelle unité vous souhaitez exercer votre métier. A Paris, vous postulerez pour un poste de Sapeur-Pompier à la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP). Mais si vous le souhaitez, vous pouvez intégrer un poste au Bataillon des Marins-Pompiers de Marseille (BMPM). Si la condition physique et de bonnes aptitudes pour l’entrainement sportif sont nécessaires pour tous les pompiers, il faut ajouter qu’un Marin-Pompier doit aussi avoir un bon niveau de natation.

Enfin, les unités militaires de la Sécurité Civile recrutent pour leurs différentes unités. Pour y exercer, il faut être disponible et accepter de devoir partir en mission hors du territoire national en cas de crise majeure dans un pays étranger (exemple : tremblement de terre, inondations, cyclone…). Beaucoup de candidats considèrent cette mobilité comme un atout favorisant les rencontres avec d’autres intervenants extérieurs et enrichissant leur quotidien professionnel.

Quel que soit votre choix d’orientation, vous devrez préparer sérieusement votre dossier de candidature et vous entraîner à passer les tests. Un entraînement sportif en amont est aussi essentiel pour réussir à vous faire recruter. Que vous soyez actuellement issu de la formation initiale (jeune étudiant de niveau 3ème à licence selon les cas) ou en situation de reconversion professionnelle, vous pourrez tenter votre chance auprès du CIRFA (Centre d’Information et de Recrutement des Forces Armées).
Certaines écoles et des centres de formation à distance comme EFM Fonction Publique préparent également au métier de pompier, ce qui pourra vous permettre de bien vous préparer et d’avoir toutes les chances d’être intégré dans une unité militaire, à la Brigade de Paris ou encore au Bataillon de Marseille.
 

Les effectifs des Sapeurs-Pompiers Militaires


Les Sapeurs-Pompiers Militaires représentent un effectif total d’environ 12 800 hommes et femmes. Contrairement aux Sapeurs-Pompiers Professionnels (SPP), aux Sapeurs-Pompiers Volontaires (SPV) et aux Jeunes Sapeurs Pompiers (JSP), ils sont recrutés par l’Armée de Terre et ont le statut de militaires.
Ils sont spécifiquement répartis sur 3 unités :
  • La Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP) qui regroupe environ 8 500 hommes et femmes ;
  • Le Bataillon de Marins-Pompiers de Marseille (BMPM) dont l’effectif est d’environ 2 400 membres (parmi lesquels 100 civils) ;
  • Les Unités Militaires d’Instruction et d’Intervention de la Sécurité Civile (UIISC) qui regroupent environ 1 500 personnes.
Ces unités occupent une large partie de leur temps à la protection des personnes en difficulté et au secours de celles-ci. Les extinctions de feu font également partie de leurs missions ainsi que l’intervention sur des zones de risques ou, dans le cas de catastrophes naturelles, technologiques, chimiques.
Les Unités Militaires de la Sécurité Civile œuvrent non seulement sur tout le territoire national mais ils sont dépêchés à l’international en cas de crise majeure et l’efficacité de leur action est internationalement reconnue.
  Sapeurs-Pompiers Militaires

Les Sapeurs-Pompiers de Paris


Cette brigade qui recrute chaque année des Sapeurs-Pompiers Militaires a une histoire qui remonte au 18 septembre 1811, lorsqu’elle fut créée par Napoléon 1er.
La BSPP (Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris) opère sur Paris intra-muros et la petite couronne et, avec ses 8 500 Sapeurs-Pompiers, hommes et femmes confondus, elle représente la plus grande unité de Sapeurs-Pompiers d’Europe.

La BSPP organise ses missions sur les 124 communes des départements de Paris, mais aussi du Val-de-Marne, de la Seine-Saint-Denis et des Hauts-de-Seine. Ses actions couvrent environ 760 km² et une population particulièrement dense (environ 7 millions d’âmes) à laquelle s’ajoute celle des touristes et des franciliens.

Pour assurer la protection de cette population, la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris peut compter sur ses :
  • 71 centres de secours,
  • 2 centres de secours nautiques,
  • 3 centres de secours NRBC (risque Nucléaire Radiologique Biologique Chimique)
À la tête de la BSPP depuis le 1er août 2022, le Général Joseph Dupré La Tour succède ainsi au Général Jean-Marie Gontier, qui commandait la brigade de Paris depuis 2019. Lors de la cérémonie à l'occasion de sa prise de fonction, le général Dupré La Tour a rappelé le sens de l'engagement de chaque pompier de Paris dans le cadre de leur mission : 
" Sapeurs-pompiers de Paris, nous avons choisi un magnifique métier, sous statut militaire, dans une unité prestigieuse à la devise exigeante, « sauver ou périr ». Cela nous honore, cela nous oblige."


 

Les missions de la BSPP

Les 3 grands domaines d’action sont :
  • Les missions de secours à la personne,
  • Les missions de lutte contre le feu,
  • Les missions centrées sur le risque technologique en ville.
Mission de secours aux personnes

Ce type de missions représente pour les Sapeurs-Pompiers Militaires de la Brigade environ 81 % de l’activité. Les demandes d’intervention de Secours A la Personne (SAP) ont augmenté de 15 % entre 2014 et 2018. Il existe plusieurs types d’interventions SAP :
  • Le Secours Aux Victimes (SAV) ;
  • Le secours routier,
  • L’assistance aux personnes.
Mission de lutte contre les incendies

La lutte contre les incendies représente environ 3 % des interventions. Les Sapeurs-Pompiers Militaires de la Brigade de Paris notent que les feux qui surviennent la nuit sont souvent plus mortels que ceux de jour, car les personnes sont souvent surprises dans leur sommeil et sont déjà intoxiquées par les fumées toxiques dégagées par le feu lorsqu’elles s’en rendent compte.
Grâce à la loi rendant obligatoire l’installation de détecteurs de fumée, les logements sont moins exposés aujourd’hui à ce type de risques. Malgré tout, les incendies domestiques sont encore bien trop fréquents.
 
Mission d’intervention sur les risques urbains

Celles-ci sont réalisées avec l’appui de groupes spéciaux :
  • Les IMP (Intervention en Milieux Périlleux) : les Groupes d’Intervention en Milieu Périlleurx (GRIMP) de la Brigade de Paris peuvent opérer des secours auprès de personnes avec des équipements adaptés (secours en paroi, secours en puits ou encore manœuvres de secours hélitreuillé) ;
  • Les risques NRBC (Nucléaire Radioactif Biologique Chimique) : la Brigade détient un savoir-faire ainsi que des moyens techniques adaptés pour opérer la décontamination de masse dans l’éventualité d’événements ayant entraîné un nombre de victimes important en lien avec le risque NRBC.
  • La Recherche et Sauvetage en Milieu Urbain (RSMU) ;
  • Des interventions SIA (Spécialistes en Intervention Aquatique) et SIS (Spécialistes en Intervention Subaquatique) : notamment sauvetage de personnes en milieu aquatique.
Pour certaines missions, comme le secours aux personnes, la recherche de personnes sous les décombres ou la recherche de personnes disparues, un appui logistique permet d’améliorer l’efficacité et de réduire les temps d’action, comme le recours à des équipes cynophiles.

Pour les interventions en milieu aquatique, la BSPP dispose d’appuis nécessaires en capacités nautiques (matériels, effectifs) et peut approfondir ses compétences avec le centre de formation de plongée et de secours aquatique au sein même de la Brigade.
  IMP

Les moyens d’intervention de la BSPP


Pour mener à bien leurs diverses missions, les Sapeurs-Pompiers Militaires peuvent utiliser les moyens mis à leur disposition par la Brigade.

Ce sont notamment :
  • Les moyens incendie : fourgon pompe-tonne, camion d’accompagnement, fourgon mixte ; fourgon d’appui, camion Premier Secours Tonne, camion Premier Secours Evacuation) ;
  • Les moyens élévateurs aériens : Bras élévateur aérien automobile, échelle pivotante semi-automatique, échelle pivotante automatique à nacelle ;
  • Les véhicules de commandement : véhicule de liaison radio Chef de Garde Incendie, Véhicule de liaison radio Officier Garde Compagnie, Véhicule poste commandement médical, Véhicule de Liaison radio Officier Poste Commandement ;
  • Les moyens spéciaux : véhicules de protection et de signalisation, véhicules de liaison radio vétérinaire, véhicule risque animalier, véhicule service télécommunication et informatique, etc. ;
  • Les  moyens de santé : véhicules de secours et d’assistance aux victimes, véhicule de reconnaissance de sauvetage et de déblaiement, véhicule de remise en condition du personnel…
  • Les moyens de reconnaissance : véhicule d’intervention spéciaux pour grandes intempéries ;​
  • Les remorques : compresseur remorquable, remorque porte-véhicule, moto pompe remorquable, etc.
  • Les moyens NRBC : véhicule d’intervention chimique/cellule de reconnaissance biologique, véhicule d’intervention chimique/cellule de reconnaissance radiologique, Berce unité mobile de décontamination, etc.
  • Les moyens nautiques : spécialiste intervention aquatique, spécialiste intervention subaquatique, embarcation de secours et d’assistance aux victimes et incendie, embarcation multifonctions, etc.

Les effectifs de la BSPP

Ce sont environ 8 500 hommes et femmes qui sont recensés sur l’ensemble de la BSPP pour travailler au cœur de la capitale et de ses 124 communes de Paris, du Val de Marne, de la Seine-Saint-Denis et des Hauts de Seine.

Les Chiffres clés de la BSPP

  •  8 500 militaires ;
  • ​500 000 interventions menées en 2019 pour 2 973 127 appels reçus ;
  • ​7 millions d’habitants sécurisés environ ;
  • 1 intervention toutes les 60 secondes et 1 389 interventions par jour ;
  • 30 801 vies sauvées en 2019 ;
  • 87 minutes : c’est la durée moyenne d’une intervention de secours à une victime ;
  • 114 minutes : c’est la durée moyenne d’une intervention sur un incendie.

Le recrutement des Sapeurs-Pompiers Militaires

Les Sapeurs-Pompiers Militaires sont répartis sur 76 casernes. Afin de renforcer ses effectifs, l’Armée de Terre recrute chaque année.

Conditions de recrutement
  • Avoir entre 18 et 25 ans ;
  • Avoir une excellente condition physique ;
  • Avoir la vocation pour le métier de Sapeur-Pompier ;
  • Etre sportif (beaucoup d’exercices et d’entraînement physiques font partie du métier).
Les étapes de recrutement
  • Prendre rendez-vous avec un CIRFA (Centre d’Information et de Recrutement des Forces Armées) : contacter un Conseiller en Recrutement pour évaluer vos aptitudes à travailler auprès de l’Armée de Terre et voir quelles sont les opportunités professionnelles qui sont proposées (étudiants, demandeur d’emploi…).
  • Passer les tests et choisir votre orientation.
  • Signer un contrat et devenir soldat de l’Armée de Terre.
  • Suivre votre formation initiale : elle se déroule au Fort de Villeneuve-Saint-Georges et dure 4 mois. C’est une formation rémunérée.
  • Suivre une formation spécialisée en fonction du poste choisi. Elle dure 2 mois et se passe dans une Compagnie d’Incendies.
  • A l’issue de la formation spécialisée, le Sapeur-Pompier Militaire est affecté dans le régiment qu’il a sélectionné au moment de son orientation. En tant que Sapeur-Pompier de Paris, il travaillera dans une des unités rattachées à la Mairie de Paris.
Les épreuves de sélection pour intégrer la BSPP

La sélection comprend d’abord :
  • Une visite médicale,
  • Une évaluation sportive (test Luc Léger, exercices de traction/suspension, parcours d’obstacles, épreuve de natation, Parcours Sapeur-Pompier)
  • Un entretien pour évaluer la motivation du candidat,
  • Des tests psychotechniques.

La carrière du SPM

L’engagement du militaire se fait sur une base de 1 à 10 ans renouvelables. Le pompier est recruté au grade de Sapeur de 1ère classe après avoir suivi ses 6 mois de formation. Il aura bien sûr, la possibilité d’évoluer et de monter en grade en acquérant plus d’expérience sur le terrain.
 

Le salaire du Sapeur-Pompier Militaire

Dès son affectation, le Sapeur-Pompier Militaire (militaire de rang) gagne 1 800 euros net mensuels. Cette rémunération concerne un célibataire sans enfant et ne tient pas compte des primes.
Lorsqu’il est envoyé sur des missions en Opérations Extérieures (OPEX), le Sapeur-Pompier Militaire voit son salaire augmenté et pouvant être multiplié jusqu’à 2,5.

Il bénéficie également d’un logement de fonction et d’environ 9 semaines de permission (congés représentant environ 45 jours par an). Enfin, il bénéficie d’un tarif privilégié sur ses déplacements annuels avec la SNCF (- 75 % sur tous ses billets).
 

La carrière du SPM

Les Marins-Pompiers de Marseille

 

Les Sapeurs-Pompiers Militaires peuvent également être affectés dans le Bataillon de Marins-Pompiers de Marseille (BMPM).

Depuis le 29 juillet 1939, date de sa création, le BMPM veille à la protection des personnes et des biens ainsi qu’à la sauvegarde de l’environnement. Il assure des opérations de prévention autant que des sauvetages avec ses deux groupements (au nord et au sud). Les Sapeurs-Pompiers sont plus souvent appelés Marins-Pompiers dans la mesure où ils intègrent une section militaire de la Marine Nationale.

Le commandement de la BMPM est assuré, depuis le 1er octobre 2019 par le Contre-Amiral Patrick Augier.

La BMPM, commandée par un Officier Général est rattachée à une hiérarchie tripolaire. D’abord, sous l’autorité de la Mairie de Marseille qui assure le financement des frais d’équipement et de personnel ; le commandant de la BMPM est représenté sur l’organigramme de la Mairie en qualité de Directeur des SIS (Services d’Incendie et de Secours).
Ensuite, la BMPM est une unité militaire rattachée au Ministère des Armées et répondant aux critères de formation de la Sécurité Civile et pourra être amenée à effectuer certaines opérations extérieures en cas, notamment, de catastrophes majeures.
Enfin, les effectifs de la BMPM peuvent intervenir en dehors de leur zone de compétence, à la demande du Préfet de région ou encore de la DDSC (Direction Départementale de la Sécurité Civile) rattachée au Ministère de l’Intérieur.

La devise des Marins-Pompiers de Marseille et de la Marine Nationale est :

« Honneur, Patrie, Valeur, Discipline ».

 

Les missions du BMPM

Chaque année, les Marins-Pompiers de Marseille effectuent en moyenne 122 000 interventions. La majorité de ces interventions concerne l’assistance et le secours aux personnes (81 % des missions). Les interventions de lutte contre les incendies ainsi que les autres missions occupent une moindre part.
Le domaine d’intervention va de la ville de Marseille au Grand Port Maritime de Marseille et à l’aéroport Marseille-Provence.

Secours aux personnes et aide médicale d’urgence

Une convention signée avec l’APHM (Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille) implique la prise en charge de l’aide médicale d’urgence à Marseille. Le BMPM vient en appui de la SMUR pour réguler les appels médicaux et travaille aux côtés du SAMU et d’autres médecins.

Risque incendie

En plus des risques courants (feu urbain dans la ville de Marseille), la proximité de l’activité portuaire ainsi que la localisation de la ville et l’environnement forestier à risque, font que le BMPM intervient principalement sur les feux de forêt ou encore les feux sur les navires.

Autres risques

Les Marins-Pompiers peuvent également être missionnés par la DGSCGC (Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises). C’est le cas lorsque des catastrophes majeures ont lieu sur le territoire national ou même à l’étranger (les Marins-Pompiers ont participé à l’assistance aux personnes victimes du séisme de janvier 2010 en Haïti).
 

Les moyens d’intervention du BMPM

Les engins et équipements du Bataillon doivent répondre aux différentes problématiques et aux types de missions qui sont menés :
  • feux urbains (fourgon d’intervention, véhicule de première intervention),
  • feux de forêts (camion citerne grande capacité, camion citerne feu de forêt super),
  • engins sanitaires,
  • engins spéciaux
  • engins nautiques (bateau pompe, embarcation d’incendie et de sauvetage, canot de sauvetage léger)
  • engins aériens.
Au total les Marins-Pompiers utilisent environ 450 engins d’intervention et 16 engins nautiques ainsi que, pour faire face aux feux de forêt estivaux 2 hélicoptères bombardiers d’eau (location auprès d’une société civile).
Le BMPM utilise 29 sites, parmi lesquels 21 sont des centres d’incendie et de secours.
  Les moyens d’intervention du BMPM

Les effectifs du BMPM

Les Marins-Pompiers de Marseille représentent un effectif de 2 400 personnes, dont 100 d’entre eux sont des civils.
 

Les chiffres clés

  • 1 départ toutes les 5 minutes,
  • Environ 128 000 interventions annuelles
 

Le recrutement des Marins-Pompiers

Conditions
  • Etre de nationalité française ;
  • Avoir entre 18 ans et 25 ans maximum ;
  • Avoir un niveau scolaire minimum de 3ème (et jusqu’à Bac + 3) ;
  • Permis B obligatoire ;
  • Avoir une bonne maîtrise du français et des connaissances scientifiques est un plus.
  • Bon niveau sportif exigé (tests effectués lors du recrutement) ;
  • Savoir nager ;
  • Jouir de ses droits civiques, être de bonne moralité ;
  • Forte motivation.
Il est conseillé de se rapprocher du CIRFA (Centre d’Information et de Recrutement des Forces Armées) le plus proche de chez vous pour obtenir toutes les informations nécessaires et poser votre candidature.
Il faut réussir le concours puis s’engager pour 4 ans.
Les militaires qui s’engagent ne font pas forcément carrière.

Les étapes pour le recrutement sont les suivantes :
  • Prendre rendez-vous avec votre CIRFA (Centre d’Information et de Recrutement de Forces Armées) : contacter un Conseiller en Recrutement pour évaluer vos aptitudes à travailler auprès de l’Armée de Terre et voir quelles sont les opportunités professionnelles qui sont proposées (étudiants, demandeur d’emploi…).
  • Passer les tests et choisir votre orientation.
  • Signer un contrat et devenir soldat de l’Armée de Terre.
  • Suivre votre formation initiale.
  • Suivre une formation spécialisée en fonction du poste choisi.
  • A l’issue de la formation spécialisée, le Marin-Pompier est affecté dans le régiment qu’il a sélectionné au moment de son orientation.
La formation initiale

Lorsque vous avez été retenu après l’examen de votre dossier de candidature et l’entretien permettant d’évaluer votre motivation, vous intégrez la formation initiale, à la fois militaire et maritime pour les Marins-Pompiers de Marseille.
Elle se passe au Pôle Ecoles Méditerranée (Saint-Mandrier dans le Var).
Cette formation dure 6 semaines.

A l’issue de ces 6 semaines, les Marins-Pompiers vont entrer à l’Ecole des Marins-Pompiers de la Marine (EMPM) de la Parette / Marseille et suivre une deuxième partie de formation de 11 semaines que l’on appelle : formation élémentaire métier.
Cette formation de base répond aux normes de la Sécurité Civile et aux besoins d’intervention de la zone d’action. La formation inclut les rudiments du secours à la personne, les techniques indispensables à la maitrise des feux (feu urbain, feu de forêt, feu de navire).
 
 
Recrutement Personnel officier

Si vous êtes, au moins titulaire d’une licence et avec plus de 21 ans et moins de 30 ans, vous pouvez postuler pour un poste opérationnel et devenir officier. Les conditions sont similaires, avec une aptitude physique et psychologique indispensable pour le métier.


Recrutement JMP (Jeune Marin-Pompier de Marseille)

Comme pour les JSP (Jeune Sapeur-Pompier), il existe la possibilité pour les jeunes souhaitant mieux connaitre le métier, de devenir JMP selon les conditions suivantes :
  • Etre âgé de 14 à 15 ans,
  • Aimer la pratique sportive et la rigueur,
  • Etre à l’aise avec la discipline,
  • Avoir l’esprit d’équipe,
  • Résider à Marseille.
Après avoir présenté votre candidature comme JMP, vous passerez des épreuves sportives et des épreuves écrites et passerez un entretien de motivation face à un jury.

Salaire

Un Marin-Pompier débutant gagne en moyenne 1 500 euros bruts mensuels. Ce salaire est assorti de primes et indemnités et c’est une rémunération évolutive pour une personne qui souhaitera faire carrière dans le métier. Un cadre pourra gagner jusqu’à 2 500 euros bruts mensuel et plus. Salaire

Les unités militaires de la Sécurité Civile


Appelées Unités d’Instruction et d’Intervention de la Sécurité Civile (UIISC), ces unités militaires interviennent principalement lors de crises majeures (catastrophes naturelles, catastrophes technologiques). Les interventions se font par des militaires rattachés au Ministère de l’Intérieur, et à la demande des préfets.

Il existe 3 unités mixtes dont l’état-major est à Asnières-sur-Seine avec un total de 1 439 Sapeurs-Sauveteurs mobilisables 24h/24 (dont 12 % des effectifs sont des femmes) :
  • Une à Nogent-le-Rotrou (28) près de Paris,
  • Une autre à Brignoles dans le Var,
  • Une dernière à Corte (Corse)
Il existe en tout 18 sections d’interventions prêtes à intervenir dans le cas de catastrophes naturelles (feux de forêts, inondations, cyclones), sanitaires (pollutions de diverses origines) ou technologiques.

Les trente dernières années ont démontré le savoir-faire des UIISC non seulement en France mais aussi à l’international puisque ces unités militaires de la Sécurité Civile ont effectué 121 opérations à l’étranger et ont pu également mener 70 missions de formation hors de France.

Les missions des Sapeurs-Sauveteurs

Le Pompier-Sauveteur a pour mission principale d’assister la population et de la mettre en sécurité en cas de risques extrêmes (catastrophe naturelle, incendie de grande ampleur nécessitant par exemple l’évacuation des habitations aux abords des forêts, crise sanitaire, crise humanitaire, risques technologiques).

Les missions se passent essentiellement sur le territoire national, mais les Pompiers-Sauveteurs peuvent aussi être envoyés à l’étranger pour apporter du renfort lors de séismes et autres catastrophes. Ils peuvent opérer sur cinq continents et leur savoir-faire est reconnu internationalement.

Des spécialistes complètent les équipes, comme les spécialistes dans le domaine nucléaire, la radiologie ou la biologie et la chimie. Cela permet d’aider à circonscrire des zones jugées dangereuses ou détecter des produits suspectés dangereux pour les populations.

Il existe aussi une unité spécialisée dans la mise en œuvre d’une chaine de décontamination afin de traiter environ 120 victimes par heure dans le cas d’une nécessité de décontamination de masse.

Les moyens d’intervention des Sapeurs-Sauveteurs

Avec pour devise « servir pour sauver », les unités militaires de la Sécurité Civile ont un équipement de pointe et des moyens d’intervention considérables.
Ils disposent notamment :
  • De 3 hélicoptères mis à disposition de la Sécurité Civile pendant l’été par l’Armée de Terre pour lutter contre les feux de forêts ;
  • De bâches souples, de motopompes, de tuyaux allégés pour limiter l’avancée des flammes ;
  • De 5 camions pouvant transporter 62 000 litres de retardant, un produit faisant office d’écran contre le feu, reconnaissable à sa teinte rouge ;
  • De camions bennes, de bulldozers pour déblayer les lieux après une inondation et mettre en place des pistes d’accès pour faciliter l’accès des secours ;
  • 22 bateaux pour la reconnaissance et le sauvetage ;
  • 300 m² de plateformes flottantes ;
  • 1,5 km de barrage anti-inondation pour contenir les eaux fluviales en cas de crues importantes et limiter les dégâts lors d’une inondation.
Les moyens d’intervention des Sapeurs-Sauveteurs

Les effectifs

Les unités militaires de la Sécurité Civile représentent un effectif d’environ 1 500 personnes et les recrutements se font chaque année sur la base de 200 personnes supplémentaires. On les appelle communément les Sapeurs-Sauveteurs.

Les chiffres clés

  • 200 nouvelles recrues chaque année
  • 121 interventions à l’étranger
  • 70 missions de formation en France

Le recrutement des Sapeurs-Sauveteurs

Conditions
  • Etre âgé d’au moins 18 ans et de moins de 26 ans,
  • Etre de nationalité française,
  • Avoir un casier judiciaire vierge,
  • Etre titulaire d’un BEP, CAP ou BEPC
Etapes à suivre pour candidater comme Equipier de la Sécurité Civile
  • Prendre rendez-vous avec un conseiller du CIRFA et déposer un dossier de candidature auprès de l’Armée de Terre en spécifiant l’orientation souhaitée ;
  • Se présenter aux tests : tests physiques, psychologiques et entretien ;
  • Si vos tests sont concluants, vous signez un contrat et devenez soldat ;
  • Vous suivez ensuite une formation initiale sur 2 mois. Elle a lieu à l’UIISC N° 1 (Nogent-le-Rotrou). Vous êtes rémunéré pendant cette formation ;
  • Vous suivez enfin une formation spécialisée pendant environ 1 mois et 15 jours. Celle-ci se passera successivement dans les unités militaires 1, 7 et 5 (soit à Nogent-le-Rotrou, Brignoles et Corte).
  • En fin de formation, vous êtes affecté à votre poste d’Equipier de la Sécurité Civile et entamez un contrat d’une durée de 1 à 5 ans renouvelables.
 
A savoir : les nouvelles recrues se voient proposer un contrat de 1 à 5 ans (renouvelable).

Au départ, elles sont intégrées en qualité de Volontaire de l’Armée de Terre (contrat d’une année avec période probatoire de 3 mois, contrat renouvelable 2 fois). Le contrat évolue vers un contrat d’Engagé Volontaire de l’Armée de Terre au début du 7ème mois avec votre accord. Vous pourrez alors choisir de faire carrière avec ce contrat qui peut aller jusqu’à un maximum de 27 ans de service.